top of page
  • Photo du rédacteurCharlotte Koot

Témoignage de Juliette

Juliette nous partage son parcours en PMA. Atteinte d'endométriose, elle passera par plusieurs opérations et la FIV pour tomber enceinte. Elle est aujourd'hui maman de deux merveilleux enfants.


 

"J’ai eu recours à la PMA pour avoir mes deux enfants …

Mon histoire commence un jour de septembre 2012, le verdict tombe : je souffre d’endométriose. A l’époque, la maladie n’est pas aussi connue qu’aujourd’hui mais les douleurs sont tellement importantes que l’on décide tout de même de m’opérer 3 mois plus tard.


En décembre, le soir après l’opération, le gynécologue revient vers moi, l’endométriose s’est propagée au-delà de l’utérus. On a refermé et on me réopère dans 3 mois. En attendant, je dois passer des examens complémentaires parce que l’on me suspecte d’autres anomalies et notamment un demi-utérus…


En fin de compte, après ces 3 mois, on m’opère d’endométriose à l’utérus, au colon et à la vessie et j’ai un utérus bicorne. Celui-ci sera agrandit lors de l’opération afin d’éviter des fausses couches à répétition et/ou des accouchements très prématurés (on parle de 5 mois de grossesse). J’ai également des nodules. Ce jour-là, j’apprends également que l’endométriose rend stérile. Je suis dépitée, je vois mon rêve de devenir maman s’envole…


Lorsque nous décidons avec mon compagnon d’avoir un bébé, ça fait un an que je me suis faite opérer. Nous essayons naturellement pendant une année et bébé n’arrivant pas, nous nous dirigeons vers la PMA. Avec ma maladie, on nous dirige directement vers une FIV. Je dois me faire à nouveau opérer car j’ai un énorme kyste à l’ovaire. Celui-ci est tellement gros que mon ovaire risque d’éclater. Je suis sous zoladex pendant 3 mois et après, je peux enfin commencer le traitement.


Celui-ci s’est bien passé malgré les injections et les questions, et avec la plus grande des chances, je tombe enceinte au premier essai. La date de l’accouchement est prévue le 29 février.


Je suis confiante et je vis cette grossesse comme un cadeau du ciel.

Mon petit garçon décide de pointer le bout de son nez plus tôt (à 33 semaines). Il a une péritonite, il faut l’opérer de toute urgence. Il restera hospitaliser en néonat pendant 9 semaines. Ma césarienne s’est bien passée mais ma vessie s’ouvre en deux lors de l’accouchement (adhérence de la maladie), je dois être recousue.


Cette péripétie ne m’enlève en rien le désir d’avoir un second enfant. On réessaie assez tôt en PMA, en se disant qu’il a fallu du temps pour avoir le premier donc prenons les devants 


On me réimplante un embryon du même traitement que mon premier. Je tombe enceinte directement. C’est l’euphorie et une victoire de plus sur la maladie. On se lance et on le dit à notre entourage un peu avant les 3 mois… On n’aurait pas dû. Le cœur de mon bébé ne bat plus, c’est la déchirure, le désarroi et je perds espoir. J’ai peur. Je n’arrête pas de pleurer ce bébé parti trop tôt.


Ce que j’appelle aujourd’hui « la période la plus difficile » commence. Après ma fausse couche, j’ai voulu attendre un peu avant de recommencer.


Fin d’année, nous avons fait un dernier essai qui s’est voué par un échec. Lors de mon RDV en février, j’évoque les douleurs que je ressens d’endométriose. Pour moi, la maladie est revenue.

On me dirige vers des examens qui aboutissent à un verdict : la maladie est de nouveau revenue.

On prévoit une nouvelle opération.


Je suis de nouveau 3 mois sous Zoladex et puis on commence un nouveau traitement. J’ai deux embryons. On m’en réimplante un mais qui ne prend pas. Lorsque je souhaite prendre un nouveau RDV, on m’annonce que je n’en ai pas avant 2 mois.


Je me souviens ce jour-là, j’ai pleuré et j’en ai voulu aux infirmières. J’ai beaucoup discuté avec l’une d’entre elle qui me disait qu’elle me comprenait mais que malheureusement, elle ne savait rien y faire.


2 mois, pour moi, c’était une éternité. Ce désir de devenir maman devenait omniprésent et ma fausse couche était encore fort présente.


Finalement, on me réimplante le 2ème embryon (de ce deuxième traitement) début de l’année civile. Il ne prend pas.


On décide de recommencer un nouveau traitement en février. Je suis contente et excitée. Entre temps, je suis allée voir un kinésiologue, en espérant que cela m’aide dans mon processus de deuil mais aussi, que l’énergie positive joue sur mon corps. Voyons le positif là où on peut le trouver.


Un jour de février, je me réveille au matin avec une énorme douleur. Je me suis dit : ça y est, l’endométriose est revenue. Je vais aux urgences : je dois me faire opérer d’urgence de l’appendice. Je suis en larmes, ça veut dire que je vais devoir reporter mon nouveau traitement… Encore


Lorsqu’enfin je le commence, il se déroule bien. On me ponctionne 18 ovules et 5 deviendront des embryons. Je suis contente, le traitement a fonctionné et cette fois, je le sens bien :D Mais le vendredi, on me téléphone. Je ne peux pas me faire réimplanter, je fais de l’hyper stimulation. C’en est trop. Je n’accepte pas ce nouvel échec.


J’insiste pour que l’on me réimplante tout de même mais on m’explique que si je le fais, je risque l’embolie pulmonaire et de mourir.


Je dois attendre un mois et si les résultats sont bons, on peut me remettre un embryon.


Le 29 avril, on me réimplante et en mai, j’apprends la bonne nouvelle : je suis enceinte. Ce petit bonhomme est prévu pour le mois de janvier. Au final, il est arrivé un peu plus tôt, en décembre mais il est en bonne santé et c’est le principal.


Ne perdez jamais espoir, même quand tout paraît noir, il y a toujours de la lumière quelque part."



 


Merci à Juliette d'avoir accepté de partager avec nous son témoignage et quel bonheur de lire qu'elle est aujourd'hui maman.

Vous n'êtes pas seul.e! Je vous souhaite de tout mon cœur que votre bébé miracle s'installe bientôt!


Si vous souhaitez devenir actrice de votre fertilité, je vous invite à cliquer ici.


Si vous aussi vous souhaitez partager votre parcours, n'hésitez pas à me contacter via la rubrique contact.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page