top of page
  • Photo du rédacteurCharlotte Koot

Témoignage de Florence

Florence nous partage son parcours PMA. Après avoir fait 5 inséminations, elle passe en FIV, où elle tombera enceinte d'un petit garçon.


 

"Nous avons commencé notre parcours en 2014. Le tout début des simples consultations gynécologiques. Tous nos examens étaient normaux. Il fallait laisser passer 1 an pour qu'une grossesse naturelle arrive.

Nous arrivons en 2015 où ma gynécologue de ville me fait faire des examens plus poussés mais malgré ça, toujours rien, tout était normal. Elle m'envoie voir une gynécologue sur le centre hospitalier de Pau qui me prend en charge car la gynécologue de ville ne peut plus rien pour moi à son niveau.


Me voilà en depuis 2016 rdv avec la gynécologue de l'hôpital qui me dit qu'on va refaire échographie prise de sang ect... Et surtout faire tous les papiers administratifs pour la prise en charge à 100% des rendez-vous examens médicaux.


Une fois fait tous ces examens, bilan des courses on démarre un protocole d'insémination.

Nous voilà parti moi et mon mari faire les inséminations.


Nous en faisons 1 puis 2 puis 5 inséminations et zéro fécondation...


Nous sommes désemparés. La gynécologue me dit qu'elle ne peut plus rien et qui fait passer au niveau supérieur, c'est à dire voir un gynécologue pour faire des fiv....


Alors ce jour là ça été une grande claque on ne savait pas qu'est ce que c'était réellement, en quoi ça consistait. On nous explique pas, on nous donne un numéro et un nom d'un gynécologue spécialisé dans les FIV et parcours pma.


J'appelle et nous avons notre premier rendez vous, en couple obligatoirement, en mai 2017, avec ce nouveau gynécologue. Une attente de 4mois pour avoir un rdv.


Nous sommes stressés.


Le jour J arrive. Il examine tout nos examens, nous questionne sur nos habitudes de vie, nos métiers et nous explique tout le déroulement du protocole, en quoi consiste la fiv icsi, ce que c'est et nous demande si nous avions des questions. Un médecin très à l'écoute qui nous a donné une totale confiance. Il nous donne une liste d'examens qu'il faut faire, les documents pour envoyer à la sécu pour la prise en charge des 4fiv. Ensuite un grand dossier avec tout un questionnaire et le nom du laboratoire et qu'il faut prendre rendez vous avec le biologiste.

Mais au fil de la conversation je me disais comment je vais faire pour suivre mon traitement cumulé avec mon travail d'aide soignante.


Une fois le rendez vous passé, nous faisons tout ce qui était demandé et nous reprenons RDV avec ce gynécologue pour voir la suite des événements.


Nous attendons avec impatience ce second rendez-vous le jour J arrive et là il nous dit on démarre le mois prochain.


On démarre le traitement sur mon cycle menstruel, mais toutes les 48h je devais faire prise de sang et une écho à chaque fois. Au bout du 10 ème jour, la ponction arrive donc. Là c'est une anesthésie courte de 45 min, où il me prélève les ovocytes et pendant que je faisais la ponction, mon mari était au labo pour donner son sperme.


Première ponction, 12 ovocytes et au bout que deux embryons. Transfert frais qui n'a pas tenu.

C'était en juin 2018.


Deuxième transfert 1 embryon congelé en novembre 2018 et là enfin mon petit + mais fausse couche à 1 mois, je le perd en pleine nuit des douleurs atroces et niveau psychologique je suis au fond du sceau. Difficile de remonter la pente.


Rdv gynéco repos pendant 3 mois et reprise en 2019.


Et reprise en avril 2019, où la ponction me donne deux beaux embryons et un beau +++ à la prise de sang.


J'étais enceinte de deux bébé, je n'en croyais pas mes yeux et mon mari non plus.


Or le 15 juin, pertes de sang et grosses douleurs... direction les urgences et là, la gynécologue de garde m'ausculte et me dit je fais une fausse couche. Je lui demande si elle peut me faire un arrêt pour le weekend car pour moi impossible d'aller bosser avec encore cet échec à encaisser et elle me répond vous pouvez aller travailler ça va rien changer, sur un ton méprisant et elle me dit vous faites une prise de sang demain et une autre dans 48h.


On ressort de là anéantis. J'ai été voir mon médecin traitant le lendemain et il m'arrête jusqu'au mardi et le jour où j'avais rdv avec mon gynéco.


Je fais quand même mes prise de sang le samedi et ensuite le lundi.

Et là, surprise, mon taux avec plus que doublé. Incompréhensible j'appelle de suite la secrétaire de mon gynéco et il me prend dans les deux heures qui ont suivi.


Et là il me dit qu'il y a bien la poche, qu'il en reste qu'un et le petit cœur bat mais par contre un important hématome donc repos strict et échographie tout les 15 jours pour suivre l'évolution.

Et arrêt de travail jusqu'à la fin et continuer surtout le traitement en parallèle de progesterone.

La grossesse est passée donc je n'avais pas le droit de conduire de faire d'efforts, j'avais une injection intramusculaire toutes les semaines de septembre jusqu'au 1 er janvier 2020.

Et le jours J est arrivé le 16 février, grosse douleur d'un coup et une petite perte de sang et je ne sentais pas le bébé. Direction les urgences et là, soulagement bébé allait bien juste que je suis en train de perdre les eaux. Et là il m'installe et me met en perf un antibiotique car je suis positive au streptocoque B, dangereux pour le bébé.


Je reste comme ça jusqu'au mercredi matin 18 février. Il fallait que je marche dans la clinique. J'avais des contractions mais pas assez pour lancer le travail.

Et le mercredi matin péridurale et ils me le déclenchement par l'ocytocine cela a duré toute la journée jusqu'à 18h15 où là, le gynéco arrive et me dit dernier carat il faut qui sorte et tout est aller très vite .

Ils m'installent pour l'accouchement. Et là, il est 18h30 j'ai accouché, j'ai beaucoup hurlé car j'avais trop mal le petit voulait sortir mais je n'avais pas de contractions. Bref 18h42, notre bébé miracle est sorti papa le prend.


Moi je fait une hémorragie et la direction en urgence je n'ai pas eu le temps de prendre mon bébé. J'étais en larme, le personnel essayait tant bien que mal de me rassurer. Arrivée au bloc, ils m'endorment, je me réveille en salle de réveil a 21h . Et je rencontre mon bébé à 23h30. Je remonte en chambre à minuit, interdiction de me lever pendant 24h. Je reste alitée avec des perfusions de fer, car j'ai perdu pas mal de sang . Voilà nous sommes restés hospitalisés pendant une semaine. Et nous sommes rentrés tout les trois pour notre plus grand bonheur."


 

Merci à Florence d'avoir accepté de partager avec nous son témoignage et quel bonheur de lire qu'elle est aujourd'hui maman.


Vous n'êtes pas seul.e! Je vous souhaite de tout mon cœur que votre bébé miracle s'installe bientôt!


Si vous souhaitez devenir actrice de votre fertilité, je vous invite à cliquer ici.


Si vous aussi vous souhaitez partager votre parcours, n'hésitez pas à me contacter via la rubrique contact.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page