• Charlotte Koot

Témoignage de Sandra

Sandra nous partage son parcours en PMA. Après une GEU, elle a eu recours à la FIV ICSI pour finalement... tomber enceinte naturellement :-)



"En décembre 2011, nous décidons avec mon compagnon d'agrandir la famille. Lui a déjà un fils d'une précédente union.


Les mois passent et rien ne se passe comme on le voudrait. Mes cycles sont longs, irréguliers. Mon gynécologue de l'époque me met sous duphaston après un an d'essai pour régulariser les cycles.


En décembre 2013, un test de grossesse positif. Mais cela se termine au bloc opératoire en extrême urgence, une grossesse extra utérine décelée tardivement. On me laisse ma trompe, mais elle est fortement abîmée.


Mon gynécologue nous envoie chez une consœur spécialisée en PMA.

Janvier 2014 premier contact.

On commence les examens pour déceler le problème.

Psychologiquement je ne me remets pas de ma GEU.

Professionnellement cela n'allait vraiment pas, je prends la décision de tout lâcher et reprendre mes études pour devenir infirmière.


On arrête donc les essais durant ces 3 années d'étude. Mon diplôme en poché, un travail décroché, on retourne au centre PMA. On refait les examens. Spermogramme, test génétique,...


La qualité et quantité des spermatozoïdes de mon compagnon devenu mon mari entre temps ne sont vraiment pas optimales. On passera donc par la fiv icsi.

Les traitements commencent pour la stimulation et la future ponction. On ponctionne 29 ovocytes. Qui donneront 6 embryons : 2 J5 et 4 J3.


Premier transfert en octobre 2019 : échec

Deuxième transfert de deux embryons en décembre 2019 : échec

Troisième transfert en février 2020 : notre petit pois n'aura tenu que 3 semaines


On se décide de faire une pause le temps de récupérer un peu. Tant physiquement que moralement.


Transfert en août 2020 : taux beta hcg positif mais on sait que cela n'évoluera pas.

Notre 3e étoile.


Suite aux accrochés mais pas d'évolution favorable, ma gynéco décide de faire un bilan de fausse couche.


Prise de sang, biopsie de l'endometre à deux périodes différentes du cycle. Cela mettra en évidence une endometrite chronique. Mon corps détruit mes embryons lors des transferts.


Une épreuve de plus à affronter. Suite à cela j'ai un traitement à prendre dont une cure antibiotiques à forte dose.

Que je reprendrai au prochain transfert en janvier 2021.

Sauf qu'entre temps notre miracle est venu se nicher seul au creux de mon ventre en novembre 2020.

Notre guerrier a tenu et est né en août 2021. Il fait notre bonheur depuis.

On n y croyait plus, et pourtant, il est là. Notre miracle !"



Merci à Sandra d'avoir accepté de partager avec nous son témoignage et quel bonheur de lire qu'elle est aujourd'hui maman.


Vous n'êtes pas seul.e! Je vous souhaite de tout mon cœur que votre bébé miracle s'installe bientôt!


Si vous souhaitez devenir actrice de votre fertilité, je vous invite à cliquer ici.



Si vous aussi vous souhaitez partager votre parcours, n'hésitez pas à me contacter via la rubrique contact.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout